Alexis Grutter et Ludovic Berthe

Le point sur Echiquier QME

 

Fonds UCITS de performance absolue, Echiquier QME utilise des modèles quantitatifs dans le cadre de sa gestion. Le fonds, qui fêtera ses quatre ans en novembre prochain, investit à la hausse et à la baisse sur les indices actions, les obligations d’Etat, les taux courts et les devises. Les positions sont prises via des produits simples : des contrats à terme, cotés en bourse, qui permettent d’obtenir un portefeuille diversifié, liquide, cherchant ainsi à limiter au maximum le risque de contrepartie.

 

Stratégie

 

Echiquier QME utilise deux blocs de stratégies complémentaires. Le premier, pour environ les deux tiers de l’allocation, est constitué de stratégies momentum qui visent à capturer les tendances de moyen/ long terme sur toutes les classes d’actifs. Ces tendances, qui se déclenchent régulièrement pour diverses raisons (fondamentales, comportementales…), fournissent la majeure partie de la performance de long terme du fonds. Mais il y a des périodes au cours desquelles les modèles de momentum éprouvent des difficultés (retournement ou absence de tendances). C’est pour limiter l’impact négatif de ces périodes que votre fonds dispose d’un second bloc de stratégies, dites satellites, qui permettent d’exploiter d’autres sources potentielles de rendement, comme des phénomènes de retour à la moyenne, par exemple. Ce second bloc représente le dernier tiers de
l’allocation. L’année 2019 s’avère très favorable pour la stratégie « cœur », avec de fortes tendances sur les secteurs des obligations souveraines et des taux courts. Cet environnement de taux négatifs, difficile à appréhender pour les gérants discrétionnaires, est au contraire clairement lisible pour les stratégies quantitatives qui ne souffrent pas de biais d’ancrage et peuvent ainsi plus facilement s’adapter au nouveau paradigme.

 

Positionnement

 

Les expositions les plus significatives du fonds sont sur les produits de taux, et principalement les obligations souveraines, avec des positions nettement haussières sur les obligations européennes (Allemagne, France, Royaume-Uni, Suisse, Italie) ainsi que les produits de taux américains, japonais et coréens. Ces positions contribuent largement à la bonne performance du fonds sur les derniers mois. L’exposition aux indices actions a fluctué au cours de l’année. Significativement négative au premier trimestre sous l’effet du momentum baissier de fin 2018, elle est devenue légèrement positive au cours du deuxième trimestre, suite au rebond des marchés. A l’issue d’un été marqué par l’affaiblissement des marchés actions, l’exposition est à nouveau négative, avec une sensibilité négative de 20%. Les positions les plus baissières sont sur les marchés émergents (Mexique, Inde, Corée, Chine et Afrique du Sud), mais aussi le Japon ainsi que quelques pays européens tels que l’Allemagne et l’Espagne. Les positions qui restent actuellement haussières concernent les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, certains pays européens (France, Pays-Bas, Italie, Suisse, Royaume-Uni), ainsi que Taiwan et le Brésil. Côté devises, le portefeuille reste nettement haussier sur le dollar américain contre la plupart des autres monnaies tant développées qu’émergentes. On note néanmoins quelques exceptions : la « fuite vers la qualité » a ainsi entraîné une prise de position haussière sur le yen au cours des derniers mois, tandis que le peso mexicain et le rouble ont bénéficié des stratégies satellites. Positionné de manière défensive, votre fonds est adapté à un environnement moins propice aux actifs à risque. Ainsi a-t-il au cours du dernier mois protégé les portefeuilles diversifiés en réalisant une performance de +4%, alors que le MSCI World reculait de 2,2%. A l’heure du retour de la volatilité sur les marchés, Echiquier QME remplit son rôle décorrélant.